Dyscalculie: Concepts de l’intervention

La dyscalculie

Intervention de Françoise Duquesne , professeur de mathématiques à l’INS HEA .

(Compte rendu rédigé  par Agnès Guyard ( CPC ASH), à partir de notes prises au cours de l’intervention.)

 

Quelques rappels

NUMERATION : lecture et écriture des nombres

2 aspects :

-compréhension du système numérique : comprendre le système;

-transcodage : passer d’un système à un autre.

CALCUL MENTAL : opérer sur des nombres et non des objets, et COMPTAGE : ce sont des objets que l’on compte , c’est la réalité, le monde physique.

Les mathématiques sont l’abstraction de la réalité.il ne faut pas confondre la réalité et la modélisation, ni mélanger une procédure et une écriture mathématique ; ex :l’écriture de l’addition s’écrit avec des chiffres, des nombres  et non avec des objets.

Le monde physique et les mathématiques sont à différencier.

 NOMBRE : à quoi sert un nombre ? Un nombre sert à représenter une quantité dans le monde environnant, il sert à représenter des quantités.

L’objectif fondamental dès la maternelle c’est de faire prendre conscience à l’enfant qu’il va pouvoir évoquer autrement qu’en manipulant, autrement qu’avec ses sens. Pour faire du CALCUL, il faut avoir une quantité en tête.

Dans l’environnement de l’enfant :

L’ORDINAL : numéro des bâtiments, des étages, date….

LE CARDINAL : prix, mesure, valeur, quantité, nombre d’années vécues ( inaccessible pour un jeune enfant), billes…

LE CODE : n° de téléphone, codes barre, bus, métro, plaques d’immatriculation, résultats sportifs…

Les aspects ordinal et code sont très présents dans la vie courante. Ces aspects ne sont pas utilisés dans les calculs.

Enjeu pédagogique important : passage de l’ordinal ou du code au cardinal, passage de « le 3 » à « les 3 ».

Par exemple, le travail sur la chaîne numérique doit se faire avec un curseur ( et non une fenêtre) .Quand le curseur se déplace, le cardinal est visible avec la fenêtre n’apparaît que le chiffre , l’enfant voit  « le 3 »  et ne perçoit pas  « les 3 » .

TRAVAUX  PIAGETIENS toujours D’ACTUALITE :

Le nombre a un statut opératoire.

Il y a fusion entre l’ordinal et le cardinal, celui-ci  ne s’opère que vers l’âge de 6/7ans.

TRAVAUX POST – PIAGETIENS, points importants issus des recherches récentes :

1-Importance précoce des correspondances terme à terme entre :

Objet/objet

Objet/mot nombre

2-Importance des 3 premiers nombres : le passage au 4 est plus difficile.

3-Différenciation des quantités :

A 10 mois un enfant peut distinguer 2 quantités égales et différentes

4- 2 types de quantification : quantification exacte ( dénombrement avec cardinal acquis) et approximative ( par perception globale).

« Subitizing » : être capable de percevoir une quantité sans la dénombrer ( ne va pas au-delà de 5) .

Avec les élèves en difficultés, surinvestir « les 10 » plutôt que « les 5 »

 

PRINCIPES DE GELMAN :

–          correspondance terme à terme :être capable de pointer un objet et dire un mot en même temps ;

–          principe cardinal : lorsque la comptine est énumérée tout en pointant en même temps, le cardinal est le dernier mot de la collection ; connaissance conceptuelle ;

–          ordre stable ;

–          ordre indifférent : compter dans n’importe quel ordre ( gauche/droite ;droite/gauche), le même résultat est donné ; permanence du nombre ;

–          abstraction

Multiplier les supports

Critères diagnostiques du trouble du calcul selon le manuel Diagnostique et Statistique des troubles Mentaux (DSM.IV)

 

 Une dyscalculie est un trouble pathologique. Pour la diagnostiquer le médecin s’appuie sur le DSM.IV.

A-    Aptitudes en arithmétique : évaluées par des tests standardisés individuels, moyenne en dessous du niveau escompté, compte tenu de l’âge chronologique du sujet, de son niveau intellectuel et d’un enseignement approprié ;

B-    La perturbation, décrite dans le critère A, interfère de façon significative avec la réussite scolaire ou les activités de la vie courante faisant appel aux mathématiques ;

C-    S’il existe un déficit sensoriel , les difficultés en mathématiques dépassent celles habituellement associées à celui-ci.

1 à 10 %  de la population souffre de dyscalculie.

1% : dyscalculie pure

10% : dyscalculie associée à des troubles du langage, des troubles de  la mémoire, des troubles praxistes.

Les dyscalculies

Diverses difficultés :

–          dans l’acquisition du nombre

–          dans les calculs et les opérations

–          dans la résolution de problèmes

Diverses origines :

–     origines lésionnelles (infirmes moteur, infirmes cérébraux atteints de dyspraxie visuo-spatiale) ;

–     origines développementales ( enfants dysphasiques).

Divers cadres d’analyse :

–          neuropsychologique ;

–          psychologique ;

–          didactique .

Obstacles liés à différents facteurs :

Contexte :

–          les aspects socio-culturels ;

–          les relations d’ordre psycho-affectif que les élèves entretiennent avec le savoir, l’apprentissage ou les mathématiques.

De la simple difficulté à la difficulté durable :

–          Les conditions d’enseignement et d’apprentissage

  • le contrat didactique : besoin d’expliciter trop souvent implicite, contrat de co-recherche, de co-réflexion ;
  • la médiation : mise en scène pédagogique , relationnelle, choix des situations
  • la formation des enseignants et leur rapport aux savoirs mathématiques

Dyscalculie :

–          l’écart entre les conceptions des élèves et les concepts scientifiques ;

–          les caractéristiques de développement et de fonctionnement  des élèves.

Verbaliser par le langage permet de se distancier du perceptif, de conscientiser les obstacles ; surtout avec les élèves en difficulté.


La dyscalculie spatiale

 

La dyspraxie : troubles praxies.

 

Troubles au niveau de la programmation des gestes repérés médicalement ; ils sont associés  à des troubles constructifs :

–          troubles de l’espace, lenteur de réalisation

–          troubles neurovisuels , mauvaises interprétation des données par le cerveau, le perceptif ne se reconstruit pas ; poursuite oculaire, fixation, exploration difficile.

Incidences scolaires : problèmes d’écriture, de lecture.

Aménagements à effectuer, trouver des compensations.

 

Utiliser des collections d’objets déplaçables

Enoncer les mots de la comptine seulement lorsque l’objet est posé

Matérialiser le parcours de l’œil (règle transparente)

 

 

La dyscalculie lexicale

 

Enfants ayant des troubles du langage, ils n’identifient pas la structure de la langue ; ne pas confondre trouble du langage et de la parole.

TSL: Troubles Spécifiques du Langage (oral dysphasie, écrit dyslexie) s’accompagnent à 92% de dyscalculie.

Rééduquer pour essayer de diminuer la dyscalculie

Développer des connaissances avec les limites

1-      Numération : difficulté de mémorisation du mot nombre , plus de difficultés avec le passage des dizaines

Favoriser le système numérique écrit régulier .S’appuyer sur les représentations des quantités :

abaque/passage étiquettes en superposition ;

ex :142 représenté  sur abaque ;pour écrire 142,  étiquettes posées l’une sur l’autre en verbalisant :

j’entends 100, j’écris 100 ;

j’entends 40,     j’écris 40 ;

j’entends 2,         j’écris 2.

Accroche à quelque chose de régulier, varier les supports.

Etayage de la mémoire : affichage, cahier de références, rétroprojecteur

2-      Troubles du raisonnement : difficulté dans les classifications logiques.

Etablir des classes, donner un critère commun .

Mettre en langage

BIBLIOGRAPHIE

 Françoise Duquesne « Apprendre à raisonner en mathématiques à l’école et au collège » Edit :INS HEA

Françoise Barbot /Claire Meljac/Danièle Truscelli : « Pour une meilleure intégration scolaire des enfants IMC : importance des premiers apprentissages mathématiques »

Edit : CTNERHI Paris 1989

 

Anne Van Hout / Claire Meljac : « Troubles du calcul et dyscalculies chez l’enfant »

Edit : Masson Paris 2001

 

Nouvelle revue de l’AIS :

Numéro 30 juin 2005 :

José Antonio Barreiro , Trouver la dyscalculie ou découvrir le sujet.

 

Numéro 32 janvier 2006 :

JP Fischer : Le diagnostique de dyscalculie à partir des évaluations de CE2 : vers une approche scientifique ?

Marie Toullec-Théry / Isabelle Nédélec-Trohel : Comment aide-t-on les élèves en mathématiques à l’école primaire ?

Numéro 9 janvier 2000 : Claire Méljac :Accompagner dans ses découvertes mathématiques un enfant IMC p21-30 .

Périodiques :

Les activités logico-mathématiques. Rééducation orthophonique, septembre 1999 n°199, P3-156

 

Apprentissages du calcul et dyscalculies .ANAE Approche neuropsychologique des apprentissages chez l’enfant janvier 1995, numéro hors série p.3-73

Poster un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s